RSS Feed

janvier, 2011

  1. Dreams On

    janvier 28, 2011 by grandlap

    Trop long pour un seul tweet.

    J’était en pleine séance ciné pour voir l’ultime film Harry Potter. Film qui, bizarrement, commençait par une interprétation théâtrale des livres pour une durée approximative de 4h. Je réponds au téléphone, je dois absolument m’absenter pour du boulot. Je dis « à plus tard » à ma belle, pensant en avoir pour une heure grand max. C’était Snoop Dogg, mon patron apparemment, qui voulait absolument un hit pour demain matin. Ouch. Pour ce faire j’avais l’aide d’un boss en la matière, Pharrell Williams. Oui, Snoop mon patron et Pharrel mon collègue. On se retrouve dans la baraque du Snoop, sans idées, moi je vois l’heure tourner, et je pense au film qui va commencer. Puis Snoop arrive. Il déteste ce que propose Pharrell. En effet, le gredin avait repris un ancien titre qui n’avait pas vraiment marché à l’époque. Snoop commence à nous montrer ses sextapes tel un exhibitionniste obsédé par son image. On décline poliment mais il se démerde pour toujours être dans les salles où l’on va, constamment en train de filmer les fesses de sa femme pour nous montrer le résultat sur son téléphone portable. Je suis en stress, y’a cette saloperie de film Harry Potter qui va pas tarde à commencer, et va savoir pourquoi, j’ai un compte à rebours sur mon téléphone pour m’indiquer le début de la séance (nouveauté de l’appli allociné). Et finalement tout ça me saoule tellement que je me réveille.

    Sinon, plutôt sympa Pharrell en vrai.


  2. µCompil Vol.4

    janvier 27, 2011 by grandlap

    On est jeudi soir, tu t’apprêtes à sortir mais tu en as ras le bol de te motiver avec Christophe Maé. Avec la µCompil Vol.4 tu vas bondir tel un jaguar sous acide, sautiller tel le gredin des carpates que tu es après quelques zubro redbull. Tes amis vont t’aimer, ta reconnaissance sociale va enfin prendre effet, même tes boss t’embrasserons demain matin alors que tu afficheras un magnifique regard myxomatosien.

    Petite nouveauté, plus de teaser avec extraits mais la compil en entier et en écoute simultanée en direct live sur soundcloud. Les petites annotations te permettent de checker à quelle chanson tu es. Je sais. De rien.

    Mais on peut toujours télécharger la compil ici: µCompil Vol.4

    Tu y trouveras, et dans l’ordre:

    - The Go! Team – T.O.R.N.A.D.O. : pas trouvé plus péchu pour intro. Le premier qui me dit que ça lui fait penser à Verbal d’Amon Tobin, je lui dit « bienvenue dans mon monde ».
    - Nero – Me & You (Danger Remix) : juste pour les 4 notes de piano qui me rappellent tant de choses (bro, c’est un test pour toi), mais surtout parce que du Danger, c’est toujours bon à prendre.
    - Yelle – Safari Disco Club : surprise de voir Yelle ici non? Bien qu’elle m’ait bien pris la tête sur ses précédents titre, quand j’entends ce safari je m’écrie « fraiiiiiiiiis ».
    - Robyn – Dancehall Queen (Diplo and Stenchman Remix feat. Spoek Mathambo) : Diplo aux manettes, Robyn à la voix. 2 HIT COMBO INSTANT OVERHEAD.
    - Boys Noize – Yeah : A chaque écoute d’un nouveau titre du mônsieur, j’ai l’impression de découvrir un nouveau monde merveilleux.
    - Metric – Twilight Galaxy (Death To The Throne Remix) : Tu me remercies tous les jours de peupler ta prochaine playlist de l’été.
    - Crystal Castles – Not In Love (Feat. Robert Smith) : Un peu de nostalgie pour le dernier titre qui me ramène à ce que j’ai éprouvé au premier visionnage de la série Skins. Pour les fans, remember Crystal Castles dans la saison 2, j’en suis encore tout bouleversé.

    Je sais bien que tu te demandes si j’ai de la suite dans les idées. Mais oui mon loulou, je suis déjà en train de plancher sur la µCompil Vol.5. De rien. Again.


  3. Emergences Is Over

    janvier 22, 2011 by grandlap

    Je ne suis pas superstitieux… ou alors un peu. Et ça m’énerve. De me sentir influencé par du bullshit en barre de 12. Pourtant, j’ai récemment fait un rêve dans lequel je perdais mes dents (le souvenir me parait flou à présent, je ne sais plus si je les perdais réellement). J’ai pris peur. Peur, parce qu’on associe généralement ce genre de rêve à une perte prochaine. Non mais quelle connerie de connards de cons. Mon esprit, purement cartésien, sait pertinemment que le rêve n’est que la résultante d’une somme de stimuli perçus lors de la phase d’éveil.

    Le festival Emergences au Lux est terminé. D’un point de vue technique, tout s’est bien déroulé. Les plannings ont été (presque) respectés et les différents participants / intervenants / visiteurs ont, dans l’ensemble, apprécié l’évènement même s’il est difficile de savoir jusqu’à quel point le festival a rempli sa mission. Emergences avait toutes les armes pour démontrer que le jeu vidéo peut et doit être appréhendé comme un monde à part entière. Le gaming n’est pas sale. Le danger, comme souvent, vient de l’ignorance. Ici, il était question de réduire ces zones d’ombres à peau de chagrin (expression trop peu usitée à mon goût). La question est maintenant de savoir si on peut se gausser d’un ACHIEVEMENT UNLOCKED: spread knowledge. L’heure du bilan ne va pas tarder à sonner.

    Professionnellement (sic), j’ai ressenti cette plénitude que j’éprouvais lorsque je m’adonnais à l’organisation d’évènements. J’ai retrouvé cette émulation collective qui sent bon. Le petit Grandlap qui vivotait depuis mes années étudiantes a soudainement ressurgi du placard. Bordel, que c’était bon. Si je m’emportais, je pourrais presque penser que j’ai enfin trouvé ma voie professionnelle. Mais ne nous emballons pas tout de suite, laissons le temps décanter tout ça, du moins dans ma tête.

    C’est pourtant dans un autre domaine que je sais avoir touché le jackpot. En peu de temps, j’ai palpé un enrichissement personnel qui ferait passer ces basterds de Qatari pour de la jeunesse précaire. J’ai été amené à rencontrer des gens formidables (oui c’est un terme qui peut se retourner contre moi. Anyway, je le tente), avec une véritable montée en puissance tout au long du festival, nourrie par des discussions aussi improbables qu’intéressantes. Des personnes avec qui j’ai passé d’excellents moments, au point de ne plus vouloir les quitter, au point de vouloir appartenir à leur monde. Tant et si bien que, contre toute attente, j’ai été ému lors de l’inéluctable fin de ce voyage. Comme l’impression de perdre quelque chose, quelqu’un…

    Putain mes dents.


  4. Emergences

    janvier 15, 2011 by grandlap

    La semaine prochaine aura lieu au Lux à Valence un festival qui bute (oui je donne du « bute » à toutes les sauces en ce moment). Le festival, Emergences, aura pour thème les jeux vidéo /o/ et la création re-/o/. En gros, ça discutera du croisement génétique entre les gamers et les artys. Et c’est loin d’être incompatible. Loin du Lux l’idée de parler du jeu vidéo qu’à travers ces médias que l’ont a anoblis (ou du moins reconsidérés) avec le temps.

    En effet, on pourrait casser de l’ »anti-gamer » (souvent des non connaisseurs) en promouvant la puissance commerciale que le marché du jeu vidéo représente aujourd’hui. Ici, il n’est pas question de jouer sur ce terrain. La tentation d’utiliser cette assertion est grande, mais nous ne nous abaisserons pas au niveau d’un interlocuteur bien trop occupé à ne rien savoir sur rien qu’il préfère généraliser sur tout. L’autre argument qui consiste à l’attraction entre le cinéma et le jeu vidéo sera également évité (ou du moins traité plus habilement).

    Du 18 au 23 janvier on parlera jeu vidéo comme entité à part entière, comme art à part entière, car le jeu vidéo est auto suffisant. Bien sûr, d’autres disciplines donneront leur propre interprétation du jeu vidéo pour offrir un spectacle complet, mais c’est bien le jeu vidéo, en tant que tel, qui sera le centre du festival. J’en parle avec passion, d’une part parce que j’ai une (infime) implication dans le projet, et d’autre part parce que cela faisait un moment que j’avais pas été autant enthousiaste pour un évènement.

    Entre autre chose, on pourra voir / tester l’exposition « Arcade! jeu vidéo ou pop art? ». Le principe: 6 bornes d’arcade homemade (désignées par un collectif de Montpellier) qui permettent de jouer à des jeux comme REZ ou Geometry Wars. Et franchement, REZ sur un mur de 6×8… mes yeux! mes yeux! Quand toutes les bornes sont allumées, j’ai l’impression d’avoir 8 ans et d’entrer dans une salle d’arcade. N’étant pas in Paris, j’ai pas la chance de tester la toute fraiche salle d’arcade de Nation. Alors là, c’est de la madeleine over 9000. Et les bornes sont trop classes. J’ai tenté un « hey les designers, tu m’en fais une pour chez moi? » mais j’ai senti au regard plein de « oh mec, on en a chié grave pour celle là, steuplé, ne nous demande pas d’en faire une autre » que c’était mort. Ceci dit, ça m’a (re)donné l’envie de me lancer dans le projet « Une borne à la maison ».

    Bref, le jeu vidéo sera traité comme il se doit, c’est à dire dignement, et non comme une énième branche marketocommerciale de l’entertainment. Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour le gamer. Et si tu veux des infos, parce que tu es un curieux, alors va donc voir de tes propres petits yeux, rougis par tant d’émotion à la lecture de ce magnifique texte, le programme complet du festival.

    Cela ne s’arrête pas là pour autant, petit lecteur aux doigts boudinés. I’ll be back.


  5. Russ Chimes Dans Tes Bookmarks

    janvier 14, 2011 by grandlap

    Quand je traine sur mon ordi, j’aime bien retrouver un article / une vidéo / une photo que j’avais bookmarké en me disant « ouai, ça a l’air cool, mais pas le temps, je checke ça plus tard ». Ca me rappelle les photos qu’on faisait développer mais qu’on ne regardait pas de suite après le retrait en boutique.
    La différence c’est qu’entre les différents navigateurs de l’Internet du web, les différents lecteurs RSS et les plug in à la Read It Later, y’a des bouts un peu partout. Et c’est pas plus mal.

    Ce midi je suis donc retombé sur 3 clips de Russ Chimes conçus pour son EP Midnight Club. Bizarre qu’on en ait pas plus parlé lors de la sortie du triptyque audiovisuel. Et je viens de me prendre une claque. Honnêtement, et en toute modestie, ça bute! Une histoire en 3 parties, clippé à mort (enchainement en hyper vitesse de mini séquences) mais avec un super scénario et de très bonnes techniques de réalisation. Un bon clip vaut mieux qu’un long tweet, alors enjoy the 3 parts.

    … en et prime du plus mieux, ça me donne des idées pour un futur projet perso. Qui a prononcé OEF?!