RSS Feed

septembre, 2011

  1. All These Sneakers Are Belong To Me

    septembre 25, 2011 by grandlap

    et quelques anciennes recrues toujours en activité, plutôt cleans dans l’ensemble.


  2. Wed Wed Wedding!!!

    septembre 23, 2011 by ptitlap

    J’ai le mélange du Kéké Moussampa et de l’excitation du lapin boulimique devant sa bouteille de ventoline avant d’attaquer son ragoût de carottes!!! Des millions de choses en tête et une montée d’émotions digne de la conclusion d’OEF…

    De tous mes projets passés et actuels, c’est le plus flippant  mais surtout le plus awesome à accomplir avec double barre de vie à la sortie et la princesse en bonus. Y’a des virages à pas rater, là j’attaque une double chicane en épingle.

    Plus que quelques jours / heures avant le D day !

    J-25 : j’ai l’impression qu’on avance à reculons, « Et la liste des chansons alors? »   »Mais sinon, au final il/elle vient ou pas ? » – moment de flottement – « J’envoie un sms!!! »  Une semaine plus tard toujours pas de réponse, on reste cool.

    80 pulsations minute.

    J-14 : Ca y est on rentre de Carcassonne, le lieu est parfait tout se met en place, mais la météo? « Oh putaing!!! comment ça ils annoncent de la pluie!!? » « Quoi les chaises?? Comment ça on a pas de chaises Oh putaing! » – on ne sait toujours pas s’il/elle vient ou pas. On relance, toujours pas de réponse, on reste cool.

    150 pulsations minute.

    J-8 : « Bon là on est bon non, tout est calé? Non?!? Pourquoi non?!? Ma chérie je m’inscris au Yoga ».

    220 pulsations minute.

    J-7 : C’est officiel, j’en peux plus d’attendre, je sens que je vais pleurer, crier, chanter, danser, aimer, aimer, aimer! J’ai envie de sauter dans notre salon en criant Youpi et tralala.

    300 pulsations minute.

    Pour finir, séance de motivation avec ce bon vieux Nyan Cat et Techno Kitten adventure pour se détendre. Allez, on y croit, tout va bien se passer. Le pire dans tout ça, c’est qu’on recommence l’année prochaine…

    PS: Histoire d’augmenter le challenge, le Day -1 c’est l’annif de la douce.


  3. L’Atelier

    septembre 18, 2011 by grandlap

    L’Atelier est un petit hôtel restaurant situé à Marsanne qu’il fait bon découvrir. Outre une cuisine fraiche, originale et très bonne, la décoration intérieure est à tomber. Tout ce que j’aime, un style épuré, riche mais pas chargé. Et puis ces sols bétons, blancs… j’ai tout bonnement adoré.


  4. Singes / Pirates / Thor

    septembre 16, 2011 by grandlap

    LA PLANETE DES SINGES : LES ORIGINES
    Bof.

    **********

    PIRATES DES CARAÏBES : LA FONTAINE DE JOUVENCE
    Bof.

    **********

    THOR
    Bof.


  5. Deus Ex : Human Revolution

    septembre 15, 2011 by grandlap

    Casque audio vissé sur les oreilles, le thème de Deus Ex s’installe au fond de mon crâne, augmenté pour l’occasion. Pris aux tripes comme avec une BO d’un grand film Hollywoodien, sauce Christopher Nolan, j’émerge lentement, je viens de terminer Deus Ex (à prononcer « des housses sex »). Il me faudra un moment pour m’en remettre.

    SAR#015

    On va vite passer sur les défaut du jeu comme son scénario, qui a tendance à rester parfois classique. Il tient suffisamment la route pour nous amener au bout de l’aventure sans s’être ennuyé mais c’est dommage de ne pas l’avoir plus travaillé, de ne pas avoir rajouté des twists à s’en renverser le café sur la chemise à carreaux proprement repassée la veille en poussant un guttural « WHAT THE FUCK! ».
    Autre couille dans le potage, la synchro labiale est dégueulasse, et on aurait pas été contre une version VOST, parce qu’Adam se paye parfois une vieille voix de tata en VF.

    OPEN WORLD

    Ouf! on vient de passer les « points noirs » (plutôt gris pour le coup) du jeu pour passer à ce qui fait sa force. Et pour être fort, il l’est.
    Le gameplay est tout bonnement exceptionnel (Ouai, pas de demi mesure mais rien à foutre, c’est moi qui dit). Deux Ex propose toujours plusieurs approches pour mener à bien une mission. « Plusieurs » ce n’est pas genre 2 approches, c’est plutôt 4 ou 5 et résumer à « bourrin VS infiltration » est bien trop léger. Tout dépendra de l’arbre d’augmentations et de la façon dont on souhaite mener le jeu. TOUT est possible et ça en devient grisant. Un vrai jeu ouvert on vous dit!
    Récupérer un disque de données chez des mecs pas franchement rigolos? On peux leur péter la gueule avec un fusil amélioré, la jouer discret et les assommer un à un, passer par la ventilation sans en toucher un seul, ou encore carrément hacker le système du bâtiment voisin pour s’incruster, etc.
    Même si on peut jouer de différentes façons, la surexposition de FPS bourrins sur le marché va forcément pousser à jouer à la Snake. Et c’est foutrement jouissif, comme quand, une fois la mission accomplie, on réalise qu’on pouvait aussi rentrer par le toit et qu’on s’est un peu fait chier pour rien, à temporiser pendant 20 minutes pour éviter les 3 gardes armés jusqu’à la machoire. OU-VERT LE JEU!
    Le système de couverture est parfait et il est très facile de passer d’une couverture (genre un bloc de béton, pas une couette) à une autre ou de contourner ladite couverture sans bug de merde qui va faire sauter Adam au milieu de mecs véners et pas très contents de le voir accroupi style « heu, c’est pas moi, j’étais même pas là en fait ».
    Les boss étaient tout de même dispensables, on est souvent obligés de jouer comme en FPS classique pour les battre ce qui perd un peu d’intérêt, surtout quand on se spécialise dans le hacking.

    DO ANDROIDS DREAM OF… ORF CA VA!

    Un pur bonheur d’évoluer dans un environnement inspiré d’univers SF futuristes comme Blade Runner (le film). Ah! l’ascenseur pour monter au bureau de David Sarif! On prend son pied à se balader dans Détroit, découvrir ses recoins sombres, discuter avec ses punks peu avenants, foutre une tarte à 1 ou 2 aux mecs un peu relous mais surtout beaucoup dealers. La patte graphique jaune / noir se prête finalement très bien au style futuropunk du titre, comme un bon vieux film des années 90 mimant le futur.

    C’EST L’HEURE DES CHOIX

    Le maxi point fort du jeu est qu’on choisit continuellement : le buter, pas le buter, l’empathie, la provocation… les dialogues sont bien écrits et les choix proposés sont bien foutus les potes. On ne sait jamais comment va évoluer la discussion, ce qui ajoute une petite montée d’adrénaline avant chaque décision. Devoir peser chacun de ces mots, de ces actes est essentiel, parce que là c’est no way back! Y’a pas de « hé mais je voulais recommencer, c’était pour déconner que je lui ai mis une balle dans la tête ». Toute action est irréversible et c’est tant mieux. Voila du jeu qu’on veut.
    La cerise sur le cheesecake est qu’on peu aisément foirer des missions secondaires en ne faisant pas gaffe. Genre je devais appréhender un dealer et je l’ai « malencontreusement » tué (nan mais lui aussi il me tirait dessus… bon je l’avais provoqué mais quand même). Résultat, les 3 sous quêtes qui étaient disponibles ont disparu. Comme pour dire « t’es vraiment trop con, t’as tout fait foirer ». Et impossible de les réactiver, foutu on t’a dit!

    BREF

    Bref, j’ai joué à Deus EX Human Revolution et j’ai adoré de bout en bout. Une trentaine d’heures est nécessaire pour le terminer sans avoir tout débloqué, ce qui est sacrément élevée pour un jeu sorti en 2011. La replay value est excellente, choisi ton style camarade. Arf, il reste encore tant de choses à dire sur ce jeu que je conseille à tout le monde de se le procurer, c’est encore le plus simple. J’aurais pu aussi parler des clins d’oeils à l’Internet de la modernité, dans les mails des gens, sur la casquette d’un hacker, etc.
    Un jeu qu’on voudrait en voir plus plus et qui sera très probablement mon jeu de 2011.

    photos de Iain Andrews : enwandrews.tumblr.com