RSS Feed

Posts Tagged ‘ed banger’

  1. µCompil Vol.1

    novembre 9, 2010 by grandlap

    Tant que faire se peut, voici une nouvelle rubrique: les µCompil estampillées Lap Lap. Tous les mois, 7 petites tracks des familles à se mettre sous la dent, du plus ou moins mainstream, du plus ou moins perché, du plus ou moins écoutable. Un rapide aperçu qui mange pas de pain, 15 à 20s par chanson et puis le petit zip qui va bien en free download. Inch’allahbdouligoulba ça tient la route et on remet le couvert régulièrement.

    A télécharger ici: µCompil Vol.1

    Ce mois ci, on commence par les nordiques de Casiokids qui ont sorti leur album début septembre, il me semble, et sur lequel figure l’excellent titre Fot I Hose (que les fifa 10 player connaissent bien). S’ensuit un remix de Nott du super producteur Boys Noize (vivement les prochaines releases). Jarvis Cocker en boucle avec Discodéine chantant Synchronize, l’ancien chanteur de Pulp nous régale. Puis l’hymne à l’amour des faux vieux de la vieille Cassius (signé chez Ed Banger) avec I Love You So. Digitalism avec Blitz, 2 mecs à la cool dont on attend la suite. Une partie de Stuck In The Sound pour You! et le titre Heart. Et pour finir, mon (mes) chouchou, l’album de reprise de John Carpenter par Zombie Zombie (Etienne Jaumet et Neman d’Herman Düne). Ici c’est le thème d’Assaut Sur Le Central 13 qui, en plus d’être un film que j’adore, possède un thème génialissime sur 3 notes de basse.

    Je me relis, et je me dis « putain que ça fait pompeux ». Ouai un peu, mais c’est pas volontaire.


  2. Ed Banger Birthday

    juin 29, 2010 by grandlap

    En février 2010, on fêtait les 7 ans du label Ed Banger. Quand je dis « on » je veux dire New York. Et pour tout ceux qui ont pas pu se payer un aller retour Paris – New York + hôtel pour une unique soirée (soit pas loin de 99% de la population), Konbini nous a sorti une série de 7 mini reportage (5 minute chaque) sur l’avant / le pendant / l’après soirée anniversaire.

    Les autres épisodes: 020304050607

    Avant toute la hype qui entoure ce label au bel accent français, il faut voir dans Ed Banger un renouveau (pour de vrai, pas du réchauffé) de ce que beaucoup trop de gens se sont égosillés à nommer la french touch. On va pas refaire l’histoire du phénomène, mais comme souvent on a eu droit a une percée (Daft, Cassius, etc.), suivi d’une saturation du marché (par des producteurs bien pourris de la moelle) puis abandon par l’auditeur (normal on t’a tellement gavé que t’en as vomi).

    Et puis… et puis, fin 2005, tu sens les prémices d’un truc, sans arriver à bien le cerner. Une démo de Justice (connu jusque là que pour leur remix de never be alone). Les années passent et tu découvres peu à peu l’envers du décors, Pedro Winter, SO-ME, Romain Gavras, Mr Flash, Uffie, Feadz, Sebastian, Krazy Baldhead, Dj Mehdi. S’ensuivent les nouveaux électrons gravitant autour de la structure: Mr Oizo, Breakbot, Mickey Moonlight, DSL, etc.
    Ed Banger est bien plus qu’un label, c’est une entité mutante. Chaque signature a sa patte, liés par une esthétique commune (SO-ME) et une ligne directrice globale, faire bouger les kids (et les un peu moins kids). Alors quand ils organisent un évènement comme leur 7ème anniversaire bien sûr que t’as envie d’en être, de vivre au milieu de tout ça.

    L’essor d’Ed Banger fut salutaire pour la musique en France, c’est indéniable. Ils n’ont pas été les seuls mais ils ont posé une énorme pierre à l’édifice. Bien sûr on peut dire que ça s’essouffle un peu, et on est pas très loin de la réalité. L’album « tant attendu » d’Uffie divise les critiques, la groupie mania Justice est un peu retombée, et on attend toujours l’album de SebastiAn. En même temps, l’album de Krazy Baldhead, qui est une tuerie, est passé un peu trop inaperçu à mon goût et le mini album de Mr Flash (pionnier du label) qui envoie des bûches, a été peu entendu, sauvé in extremis par un clip « à buzz ». Pourtant, on ne peut que leur prédire qu’une longue vie. 7 ans de label et l’impression que tout est encore à faire, peu peuvent s’en vanter. Je suis persuadé que les plus belles années sont à venir et que je ne serai pas déçu, t’as pas le droit Pedro.